Compléments alimentaires
les plantes, vitamines et minéraux la base des compléments alimentaires

Différents traitements pour aider face aux troubles des veines


Crée le : 13 novembre 2014 par Nathalie Pas de commentaire - Ajoutez le votre !

Les varices et hémorroïdes, la source

Différents traitements pour aider face aux troubles des veinesLes varices et les hémorroïdes sont deux affections pénibles, mais difficiles à traiter. Il n’y a pas trop de moyens pour en soulager les victimes. Malheureusement, le traitement curateur fait souvent défaut, chaque médicament n’est que partiellement efficace.

Un certain nombre de précautions doivent être prises, il est bon de les rappeler tout d’abord.
Il ne faut pas surcharger les veines par des stations debout prolongées, ne pas entraver le courant sanguin ascendant par des jarretières ou des ceintures, mais, au contraire, soutenir les veines distendues par des bas élastiques, montant haut.

Il est favorable de vider les veines en s’allongeant, les membres inférieurs étendus, déclivés : les talons plus hauts que le bassin.

Par contre, la vie sédentaire, être toujours assis est mauvais pour les hémorroïdes. Il faut éviter l’obésité, la surcharge alimentaire et les excès passagers de mets et d’alcool.

Enfin, les bains frais, à la température du corps, dans une baignoire où l’eau monte à la hauteur des épaules, est un sédatif efficace, a défaut, on pourra doucher les jambes d’eau froide, la chaleur, retenons-Ie, est l’ennemie des veines.

Quelle solution pour soulager les jambes lourdes ?

Que pouvez-vous faire pour calmer les douleurs des varices ?

Il existe un remède contre les hémorroïdes ?

Voici quelques-unes des principales plantes utilisées contre les varices

Les meilleurs traitements face aux varices

Le Marron d’Inde est l’une des plus connues. Un grand nombre de spécialités sont préparées avec le fruit décortiqué, comme tonique veineux, mais aussi pour renforcer les petites artères et s’opposer à leur rupture quand le durcissement dont nous avons parlé les a fragilisées.

En réalité, on devrait plutôt utiliser les feuilles et l’écorce des petites tiges de l’arbre, ainsi que l’écorce du fruit, beaucoup plus riches en vitamine P. mais seulement l’extrait de cette plante que l’on trouve dans les herboristeries.

Marron d’Inde : information complémentaire

Malgré sa réputation, le Marron d’Inde n’est pas le seul végétal actif sur les veines.

On utilise beaucoup aussi l’Hammamélis et I’Hydrastis, ce sont des plantes étrangères que nous ne pouvons cultiver en France, tandis que l’Épine-vinette (vinettier), douée d’une action très proche, grâce à la « berbérine » qu’elle contient, peut être préparée en infusion.

Infusion d’Épine-vinette : 20 gr. d’écorce d’épine-vinette dans un demi-litre d’eau bouillante à faire infuser un quart d’heure.
Passer et sucrer, prendre 2 à 3 tasses par jour, à la fin des repas, vingt jours par mois.

Épine-vinette : informations complémentaires

Deux remèdes avec le Chêne

Son écorce est très riche en tanins. Mais son goût est fort désagréable. Aussi utilise-t-on ce médicament plutôt en application sur les hémorroïdes enflammées ou douloureuses.

On pourrait cependant composer le vin suivant, à prendre par la bouche, ou une infusion à appliquer :

Applications de Chêne : écorce de chêne, 100 gr. Faire bouillir plusieurs heures dans une cocotte, avec un litre d’eau.

Filtrer. (Imbiber des compresses avec l’infusion et les appliquer, tiède, trois fois par jour).

Vin médicamenteux de Chêne : 30 grammes d’écorce de chêne fraiche et lavée ajoutée 30 grammes de vinaigre dans un litre de vin rouge.

Laisser en contact douze heures. Passé. Prendre un verre ou deux dans la journée, pendant huit jours.

Chêne : info complémentaire

Nombreuses plantes pour soulager des varices et hémorroïdes

Le Cyprès en remède

Malgré son caractère funéraire, cet arbre remarquable fut utilisé dans tout le bassin méditerranéen, depuis les Assyriens, contre les varices et les hémorroïdes.

On utilise la noix de l’arbre. Son effet est bien supérieur à celui de l’Hydrastis ou du Marron d’Inde. Le Cyprès a d’ailleurs été spécialisé sous son nom arabe (Sérû). La recette est la même que le Marron d’Inde.

Cyprès : info complémentaire

Le Noisetier en infusion

Comme le Chêne, son infusion (30 gr. d’écorce de noisetier pour un litre d’eau bouillante) ou en infusion alcoolique (30 gr. d’écorce infusée dans un litre d’eau bouillante, à laquelle on ajoute un demi-litre d’alcool à 40°) est un excellent sédatif local des hémorroïdes sur lesquelles, on appliquera en compresses sur les zones concernées.

Noisetier : info complémentaire

Plus secondaires, quatre autres petites plantes, bien communes, sont encore utilisables : l’Achillée, la Bistorte, la Renouée et le Poivre d’eau.

Achillée en infusion

Utilisée, dit-on, par Achille, à qui elle doit son nom, pour guérir une blessure, l’Achillée servait aux soldats de l’Antiquité de pansement. Cette pratique manque certainement d’asepsie !

L’infusion de la plante (30 gr. de plante sèche par litre d’eau) a son intérêt dans le traitement des maladies veineuses.

Achillée : info complémentaire

Vin tonique de Bistorte

Il en est de même de la Bistorte dont on peut faire un vin tonique pour les veines.

Vin de Bistorte pour soulager les veines : 125 grammes de racine de bistorte, en morceaux à mettre dans ¼ de litre d’alcool à 40 °.

Laisser macérer pendant 24 heures, en remuant de temps à autre, puis, ajouter 1 litre de vin de Bordeaux (laisser au contact 4 jours).

Filtrer. Prendre un demi-verre ordinaire à chaque repas.

Bistorte : info complémentaire

Renouée en infusion

La renouée est un petit végétal rampant, cramponné aux interstices des pavés, ses tiges noueuses sont longées d’un chapelet de minuscules fleurs rosées. Tout le monde a vu de la renouée, mais elle passe inaperçue sous le pied qui l’écrase.

Infusion de renouée : on peut utiliser avec 50 gr. de plante fraîche pour un litre d’eau ramené, par ébullition, à un demi-litre, filtrer et sucrer.

Prendre trois tasses par jour.

Renouée : info complémentaire

Le Poivre d’eau (Piment d’eau), la saveur de cette plante est suffisamment poivrée pour la distinguer d’une voisine à peine dissemblable, malgré ses fleurs rouges (celles du Poivre d’eau sont blanc verdâtre). La Persicaire, cette plante passe pour arrêter les crachements de sang …

Comme il est dit, ces quatre plantes n’ont, sans doute, pas une action étonnante.

Cependant, on peut les utiliser dans l’intervalle qui séparerait deux cures de Marron d’Inde, ou de Cyprès voir d’Hammamélis.

Pouvoir être soulagé des hémorroïdes

Outre les plantes précédentes qui, en ingestion, ou en application locale, tantôt fortifieront les veines, tantôt calmeront les douleurs et l’inflammation, il faut faire une place importante au Fragon petit Houx.

Comment ne plus souffrir des crises hémorroïdaires ?

Un remède pour calmer la douleur des hémorroïdes ?

Suppositoire de Fragon petit Houx

Cette place, il la doit à sa tige souterraine (rhizome). A la suite des travaux des plus grands médecins, le Fragon a été industrialisé sous forme de suppositoires dont l’action hémorroïdaire est tout à fait remarquable, notamment sur les crises hémorroïdaires et les congestions aiguës.

Fragon petit Houx : information complémentaire

Telles sont les principales plantes utiles à ceux qui souffrent de leur « circulation ».

Ce chapitre a été l’occasion, non seulement de vous aider à vous soulager vous-mêmes dans un certain nombre de cas, mais aussi de montrer quelles ressources diverses la médecine tirait des plantes.



IMPORTANT

:

L'ensemble des informations mentionnées n'est donné qu'à titre indicatif et ne peut en aucun cas remplacer un avis médical précis pour chaque personne. Veuillez consulter votre pharmacien ou praticien avant tout usage.

Avis consommateurs

Un avis, une info ou un commentaire sur Différents traitements pour aider face aux troubles des veines

Ajoutez le votre !